Skip to Content

Conditions plus favorables pour l’Equipe de France Sonar

Par

C’est avec deux heures de retard que la journée de l’Equipe de France Sonar a démarré, le vent ayant décidé de se lever en milieu d’après-midi. Malgré ces conditions un peu légères, trois manches ont pu être courues afin de rattraper le retard pris lors de la première journée de championnat. Grâce à de très bons départs et des choix tactiques payants, Bruno Jourdren, Eric Flageul et Nicolas Vimont-Vicary ont pu réussir à combler les lacunes de leur bateau. Malgré une vitesse toujours un peu faible, les Français se maintiennent dans le haut de la flotte et se placent 2e, 5e et 6e. Ils sont cinquièmes du général provisoire, à deux points du podium tenu par les Américains, les Norvégiens et les Britanniques. Fidèles à leur devise “On ne lâche rien”, Bruno, Eric et Nicolas comptent bien faire des étincelles demain et enrhumer leurs adversaires sur la dernière ligne droite. Leur objectif: remonter dans le classement pour repartir avec une belle médaille et le plein de confiance pour le Championnat du Monde Para-voile 2016 qui aura lieu dans trois semaines.

Bruno Jourdren, barreur : ” Nous avons réussi à arrêter l’hémorragie des jours précédents. Nous naviguons avec un vieux bateau et nous sommes rentrés démoralisés hier car il y avait un peu trop de flou sur beaucoup de choses. Concernant le bateau bien sûr, mais également à propos d’une voile que nous essayons en vain de mettre au point et que nous avons décidé d’abandonner aujourd’hui. Du coup, nous sommes un peu plus sereins,car nous avons quand même pu régater dans des conditions un peu plus favorables. Même si nous n’avons pas été des foudres de guerre en vitesse, nous avons pu faire nos trois manches avec des résultats moyens (2e, 5e et 6e) mais par rapport à hier c’est beaucoup mieux. Malheureusement, nous manquons toujours cruellement de vitesse. Nous savons que nous sommes loin des performances de notre bateau n°1 et de notre matériel n°1, mais nous le savions avant de venir. C’est évidemment difficile mais il faut l’accepter. On commence à regater un petit peu donc c’est plus positif, nous avons le Championnat du Monde qui commence dans trois semaines, nous y allons plus sereinement que hier soir.”

Le site de l’épreuve

Images intégrées 4  Images intégrées 5  Images intégrées 6

 

Deuxième jour à la SWC Hyères 2016

Par

Les jours se suivent mais ne se ressemblent pas à la SWC Hyères 2016. Après une journée de mistral qui a soufflé très (trop!) fort hier, le vent s’est fait attendre aujourd’hui. La première manche de cette deuxième journée n’a finalement été lancée qu’à 13h00.
Journée difficile pour Bruno Jourdren, Eric Flageul et Nicolas Vimont-Vicary, qui se placent 11e et 5e des deux manches du jour. Leur bateau Rosa Larett étant sur le départ pour Rio par container, les tricolores naviguent sur Wombat. Malheureusement, le Sonar n’a pas les performances attendues par l’équipage. Et malgré de bons départs, l’Equipe de France Sonar ne tient pas la cadence en vitesse. A ce niveau, cela ne pardonne pas et le trio se fait vite distancer par ses adversaires. Comme toujours, les Français ne se laissent pas démonter. Ils restent dans le match sur la dernière manche en prenant une option dans le dernier portant qui leur fait gagner cinq places.
Au général provisoire, les Britanniques conservent la tête devant les Américains et les Australiens qui tirent leur épingle du jeu dans le petit temps. Suivent Bruno Jourdren, Eric Flageul et Nicolas Vimont-Vicary au pied du podium.

Eric Flageul, régleur de grand-voile : “Deuxième jour de course, les conditions de vent musclées d’hier laisse place à des conditions très molles toute la journée. Nous savons qu’en théorie ce bateau est plus performant dans le petit temps donc nous allons sur l’eau avec l’envie d’en découdre avec nos adversaires. Malgré de bons départs, les résultats ne sont pas à la hauteur de nos attentes. Nous sommes très déçus de notre journée, nous n’avons pas réussi à faire fonctionner notre bateau comme nous l’aurions souhaité. Demain, trois manches sont prévues et tout reste encore à faire. Le classement est très serré et nous comptons bien faire de notre mieux pour monter sur le podium dès demain.”

Images intégrées 4  Images intégrées 5  Images intégrées 6

Mistral Gagnant

Par

Comme prévu, la SWC Hyères 2016 commence fort avec une journée musclée pour toutes les séries. Un vent très fort à plus de 25 nœuds n’a permis au comité de course de lancer qu’une seule manche pour les Sonars dans des conditions très difficiles pour tous les équipages. Il y a eu de la casse, des abandons et des équipages à l’eau, mais fort heureusement Bruno Jourdren, Eric Flageul et Nicolas Vimont-Vicary ont pu terminer la manche. Malgré un taquet de grand-voile cassé, ils se placent en deuxième position, juste derrière les Britanniques et devant l’équipage irlandais de John Twomey. Le reste de la journée a été occupée à réparer le bateau qui est prêt pour la suite des événements. Les prévisions météo pour demain sont plus clémentes, nul doute que l’Equipe de France Sonar saura en profiter.
Nicolas Vimont-Vicary, équipier d’avant: “La chanson du jour pour cette première journée à Hyères, c’est “Mistral Gagnant” de Renaud. On l’attendait, il est venu au rendez-vous! A 13h30, quand on est arrivé sur notre parcours, on a vu les 470 passer à l’eau les uns après les autres, on s’est demandé si on allait courir et bien on a couru!  Avec un vent entre 25 et 30 nœuds. On a fait une bonne manche parce qu’on fait deuxième, mais c’était un peu apocalyptique. Les Britanniques finissent premiers mais ils déchirent leur foc, nous au premier empannage on arrache la tourelle et on finit quand même la régate. Les Canadiens passent à l’eau et sont récupérés par nos coachs en train de faire les déménageurs au milieu de la baie! Une journée musclée, autant vous dire que cette nuit on a va bien dormir pour être prêts demain!”

Jeudi 28 avril, début des manches à 11h00.

Le site de l’épreuve

Bronzés!

Par

La compétition a été rude en ce dernier jour à la SWC Miami 2016, Bruno Jourdren, Eric Flageul et Nicolas Vimont-Vicary ont bataillé dur face à la concurrence et finalement c’est avec une belle médaille de bronze amplement méritée que le trio va rentrer en France.
Trois manches ont été lancées dans un vent changeant, ce qui les avantagés en début de journée, leur bateau étant plus rapide dans des conditions fortes. Ils remportent donc la première manche.
Les deux manches suivantes ont été courues sous haute tension, les Britanniques, champions du Monde en titre, ayant bien l’intention de rester sur le podium. Mais c’était sans compter sur la ténacité des Français qui réalise une belle dernière manche en deuxième position qui les assoit sur la troisième marche du podium derrière les Australiens et les grands gagnants de cette épreuve, les Canadiens, qui ont très bien navigué toute la semaine.

Une semaine riche en émotion et en suspense, qui a permis à Bruno Jourdren, Eric Flageul et Nicolas Vimont-Vicary de peaufiner leurs réglages et de se caler pour les prochaines épreuves, particulièrement les Jeux Paralympiques de Rio 2016 en septembre.
Rendez-vous au mois d’avril pour la SWC Hyères!
Nicolas Vimont-Vicary, équipier d’avant: “Yes! Last day is a good day! A la française, ça donne “tout est bien qui finit bien”. Enfin presque, parce que nous avons une médaille de bronze mais pour nous, elle est belle car l’objectif c’était de remonter sur le podium. Nous étions tout de même à 4 points de l’Anglais champion du monde en titre et là c’est l’anglais qui est quatrième.Nous prenons cette belle troisième place derrière nos copains australiens et canadiens. Bruno a très bien tactiqué avec Eric, moi j ‘ai suivi aux manœuvres et on a fait une belle équipe. Nous avions un bateau pas très rapide et avec des bons coups tactiques on s’en est sorti. Contents! Happy! Rendez-vous à Hyères en France, of course! Hyères je kiffe!”

L’interview complète de Nicolas Vimont-VicaryL’Equipe de France Sonar tient à remercier pour leur soutien et leurs encouragements leurs familles et amis, ainsi que leur coach Fabrice Levet et leur directeur sportif Jean-Jacques Dubois, sans oublier leurs partenaires : la Fédération Française Handisport, la Fédération Française de Voile, l’ENVSN, Schindler, Les Yeux Grands Fermés, Comgest, Fondation Visio, Normall, Tacktik, MaxSea et Marine Pool.


Comme des lions

Par

Après cinq heures d’attente sous le déluge de Miami, une seule manche a pu être lancée lors de ce quatrième jour de compétition à la SWC Miami 2016. Le vent est monté progressivement jusqu’à 20 nœuds, ce qui a boosté Bruno Jourdren, Eric Flageul et Nicolas Vimont-Vicary car ils savent que leur bateau se comporte mieux en vitesse dans des conditions fortes. Une lutte acharnée en tête de la course s’est engagée entre les Français, les Canadiens et les Australiens. Au terme de cette manche éprouvante mais payante, l’Équipe de France Sonar passe devant l’équipage australien de Colin Harrison et franchit la ligne d’arrivée en deuxième position derrière l’équipage canadien mené par Paul Tingley.

Le classement général provisoire reste inchangé après cette journée, mais l’écart de points s’est réduit. Les Canadiens, impériaux depuis deux jours, conservent la tête suivis des Britanniques et des Australiens. La France pointe en quatrième position à deux petits points du podium.
Vendredi sera la dernière journée de compétition pour les Sonars, Bruno Jourdren, Eric Flageul et Nicolas Vimont-Vicary sont remontés à bloc et ne comptent pas quitter la Floride sans s’être battus comme des lions. Gageons que, comme à son habitude, l’Équipe de France Sonar saura nous surprendre, ainsi que ses adversaires…

Les résultats

Images intégrées 4  Images intégrées 5  Images intégrées 6

Dans les clous

Par

Pour le troisième jour de compétition à la SWC Miami 2016, les conditions météo annoncées n’ont pas été au rendez-vous ce qui a brouillé les pistes et mis à mal Bruno Jourdren, Eric Flageul et Nicolas Vimont-Vicary.
Faute du vent annoncée, une petit brise entre 5 et 8 nœuds a parcouru Biscayne Bay et n’a pas permis au Français de montrer toute l’étendue de leur talent. Avec en plus un bateau de location, Rosa Larett étant sur le retour d’Australie, et des essais de nouvelle voile, les conditions n’ont pas été propices aux tricolores. Un manque de vitesse les a désavantagé et ils prennent les places de cinquièmes et de quatrièmes au trois manches du jour, l’Equipe de France Sonar se retrouve donc en quatrième place du général provisoire.
Pas de quoi les décourager, Bruno, Eric et Nicolas sont plus que motivés pour les deux derniers jours de course et comptent bien remonter sur le podium avant la fin de l’épreuve vendredi 29 janvier.

Bruno Jourdren, barreur: ” On attendait du vent assez soutenu, on a plutôt eu du petit petit temps. Mais les conditions étaient les mêmes pour tout le monde. On tombe encore un petit peu dans les travers des jours passés, c’est-à-dire qu’on a des problèmes de vitesse. Nous essayons une nouvelle voile, que nous n’avons d’ailleurs pas choisi d’utiliser pour la dernière manche. C’est un peu surprenant ces soucis de vitesse mais on essaie de trouver des solutions. Nous n’avons pas notre bateau Rosa Larett, il y a des des petites choses qui nous chagrinent et malheureusement nous avons perdu des points précieux sur la concurrence. Nous naviguerons sur Wombat (bateau vice-champion paralympique à Pékin 2008 – ndlr) à Hyères et au Mondial à Medemblik car Rosa Larett sera déjà à Rio pour notre entraînement de juin. Mais rien n’est fini, rien n’est perdu, on espère qu’il y aura un peu plus de vent comme il prévu demain. Ils nous reste encore trois manches et on va faire de notre mieux. L’important à Miami c’est d’être présent et de naviguer donc il faut relativiser les choses. Nous sommes encore dans les clous!”

L’interview complète de Bruno Jourdren
Les résultats

Copyright Jesus Renedo/Sailing Energy/World Sailing


Ca va le faire!

Par

Deuxième jour de course pour le Sonar français à Miami, le vent est un peu monté mais il reste faible et instable. Le comité de course peut tout de même lancer les deux manches prévues. Bruno Jourdren, Eric Flageul et Nicolas Vimont-Vicary profitent de cette épreuve pour tester du nouveau matériel et des réglages ce qui les désavantage et les place en quatrième position de la flotte. Pas d’inquiétude, c’est une journée positive puisque les Français sont troisièmes ex aequo au général provisoire avec les Australiens et à un petit point des Canadiens qui prennent la tête de la compétition.

En bref, pour le trio français le moral est au beau fixe, la volonté de gagner pointe à son maximum et l’or est toujours en ligne de mire.

Bruno Jourdren, barreur: ” C’est une deuxième journée un peu plus mitigée puisqu’on fait deux manches de 4e. On teste une nouvelle voile et des nouveaux réglages que nous avons poussés à l’extrême ce qui nous a créé des soucis de vitesse, que l’on a réussi à éradiquer à l’issue de la deuxième manche. C’est positif. Nous sommes toujours dans le match. Nous sommes optimistes, demain sera bien plus venté, les données ne seront plus du tout les mêmes mais on garde le moral! On est là pour la gagne et ça va le faire!”

L’interview complète de Bruno Jourdren
Les résultats

Douce brise

Par

Une brise légère a accueilli les Sonar pour leur première journée de course à la SWC Miami 2016 et a permis à Bruno Jourdren, Eric Flageul et Nicolas Vimont-Vicary de prendre la tête du général provisoire. Effacés les déboires du Mondial 2015, les Français ont brillé sur le plan d’eau de Biscayne bay en prenant la tête de la flotte et en passant la ligne d’arrivée avec plus de trois minutes d’avance sur l’équipage norvégien d’Aleksander Wang-Hansen. Les Canadiens se trouvent en troisième position, talonnés par les Britanniques. Malheureusement, le comité de course n’a pu lancer une deuxième manche, faute de vent. Les conditions devraient être plus musclées dans les jours à venir ce qui devrait donner du beau spectacle et redistribuer les cartes au niveau du classement. Satisfaits de cette première journée, Bruno, Eric et Nicolas comptent bien conserver leur place de leaders et remporter l’épreuve comme en 2014.

Fabrice Levet, entraîneur Sonar: “Les conditions étaient très difficiles, c’était très très léger. Une manche un peu particulière, mais c’est toujours des manches qu’il vaut mieux gagner plutôt que d’engranger des points dans des situations un peu atypiques. Ca c’est fait,on est content. Ce qui est bien, c’est qu’on peut attaquer d’emblée le programme de cette année super importante puisqu’elle se termine par les Jeux à Rio en septembre et que ici, même si nous ne sommes que neuf bateaux, la concurrence principale est là. C’est toujours bien de se jauger, en plus nous avons quelques nouveautés à tester au niveau matériel. Le reste de la semaine s’annonce un peu plus ventée donc ce sera riche en enseignement.”

Interview complète de Fabrice Levet

Ouf!

Par

La campagne australienne de l’Equipe de France Sonar s’est achevée ce samedi après deux belles épreuves intenses en émotions et en péripéties. Bruno Jourdren, Eric Flageul et Nicolas Vimont-Vicary terminent sur une dernière journée difficile mais payante puisqu’ils remportent la médaille d’argent de la Sailing World Cup Melbourne 2015.
Après une première manche intense nerveusement, remportée par les Norvégiens et les Britanniques qui ont creusé l’écart dès le départ, et où les Français prennent la cinquième place, la médaille d’or semble compromise. Le trio joue alors le tout pour le tout pour conserver l’argent et malgré des choix qui leur ont fait craindre de tomber du podium jusque dans la dernière ligne droite, ils prennent la troisième place et conservent la deuxième place du classement général. L’épreuve est remportée par les Australiens qui se seront battus comme des forcenés et ce sont les Norvégiens qui prennent la troisième place en détrônant au dernier moment les Néo-Zélandais.
Bruno Jourdren, Eric Flageul et Nicolas Vimont-Vicary prennent maintenant le chemin du retour avant de vous donner rendez-vous mi-janvier pour la Sailing World Cup Miami 2016. En attendant, nous vous souhaitons à tous de bonnes fêtes!

L’Equipe de France Sonar tient à remercier pour leur soutien et leurs encouragements leurs familles et amis, ainsi que leur coach Fabrice Levet, sans oublier leurs partenaires : la Fédération Française Handisport, la Fédération Française de Voile, l’ENVSN, Schindler, Les Yeux Grands Fermés, Comgest, Fondation Visio, Normall, Tacktik, MaxSea et Marine Pool.

Les résultats

Images intégrées 4  Images intégrées 5  Images intégrées 6

Jamais deux sans trois

Par

Avant-dernier de jour de compétition pour Bruno Jourdren, Eric Flageul et Nicolas Vimont-Vicary à la SWC Melbourne 2015. Le vent était de la partie, c’est donc dans une fenêtre météo très courte que le comité a pu lancer la seule manche du jour. Avec une mauvaise surprise à l’arrivée pour les Français.

Dans un vent soutenu et oscillant de 15 à 25 noeuds, la flotte a pris le départ d’une course à trois tours au lieu des deux tours habituels. Le trio est en seconde position au général provisoire et compte bien gratter des points aujourd’hui. Malheureusement, la prise de risque n’a pas été payante puisque dans le dernier tour, ils percutent le bateau australien. Après réclamation auprès du jury, ils sont disqualifiés de la manche. Comme on dit, jamais deux sans trois, les Français auront donc épuisé leur stock de disqualification pendant leur campagne australienne, ils devraient être tranquilles pour les prochaines compétitions.

Bruno Jourdren, Eric Flageul et Nicolas Vimont-Vicary restent tout de même en deuxième position du général provisoire, à seulement trois points des Australiens, très en forme et leaders depuis le début de la SWC Melbourne. Les tricolores devancent les Néo-Zélandais de deux points. Demain, les deux dernières manches de la semaine se dérouleront certainement sous haute tension, ambiance dans laquelle l’Equipe de France Sonar a toujours su tirer son épingle du jeu.

Les résultats

RDV chaque jour du 9 au 12 décembre

Images intégrées 4  Images intégrées 5  Images intégrées 6