A nouveau ce matin les conditions sont idéales, vent 8-10noeuds et soleil sur le Harbour de Portland. Tous les équipages du World IFDS s’affairent sur les pontons et rejoignent leur zone de course pour un premier départ à 11h. Notre équipage est serein et bien décidé à rester dans le top 3 de l’épreuve. Le premier départ est vite donné et nous sommes dans les 5 à la première bouée, la course s’égrenne et nous coupons la ligne d’arrivée en 4e position. La victoire revient à l ‘Israëlien suivi des Allemands et de l’Américain Rick. Nos concurrents direct au classement, les Hollandais finissent 10e. A ce moment nous sommes en tête du Championnat. 

Au départ de la deuxième course, nous sommes en concurrence avec l’équipage allemand sur la ligne. Les bateaux se touchent et brûlent le départ. Nous réclamons contre eux et vice versa….Le résultat de la course se fera devant le jury et dixit Fabrice, notre coach, « on n’est pas couché!! ». La course continue et nous pointons à la 10e place au premier tour…Bruno est inspiré et fait parler ses talents de stratège. Nous remontons à la 2e place au deuxième tour. Nous finissons à cette même position derrière les Anglais qui ont mené la course du début à la fin. Les Hollandais complètent le tiercé de la course. A l’issue de cette manche, nous sommes seconds du classement général provisoire à égalité de point avec les Anglais, premiers du classement.

L’équipe prépare la réclamation, FRA vs GER. Toute le staff est mobilisé, Thierry Poirey ( juge umpire) aux règles de courses, Fabrice à la rédaction de la « protest » et Olivier au montage vidéo de l’action, Bruno avec le Canadiens en témoins pour soutenir notre version des faits. Bref 95% de chance de gagner, car de l’avis de tous l’Allemand commet une faute. Après de longues minutes d’attente et de débat, le verdict tombe. Nous sommes disqualifiés à cette course. C’est le coup de massue et l’incompréhension pour tous. Je pourrais vous refaire le match en long, en large et en travers, vous poster la vidéo des faits, vous rallier à notre cause, mais à quoi bon, le jury est souverain et il fait partie intégrante de notre sport.

 

Nous pointons maintenant à la 10e place du classement provisoire. Mais comme le dit si justement, du haut de ses presque 7 ans, mon fils Sacha ‘ Tu sais Papa tout peut encore basculer !’. Nous allons tous nous mobiliser dès demain pour lui donner raison. Sept courses au programmes, sept batailles pour que cette disqualification soit anecdotique.