Skip to Content

Monthly Archives: janvier 2012

Retour au pays

Par

Notre campagne américaine s’achève aujourd’hui et demain nous serons de retour à la maison et peut être sous la neige!!
Nos rentrons avec un titre de vice Champion du Monde ainsi qu’une quatrième place à la Rolex Miami OCR. Un bilan encourageant pour la suite de la saison. Notre prochain entraînement se déroulera à l’ENVSN début mars pour préparer la Semaine Olympique Française de Hyères fin avril. Nous allons tous donner le meilleur de nous même pour briller au pays! Merci à vous tous pour vos encouragements et à nos partenaires: Schindler, Les Yeux Grands Fermés, Tacktik, MaxSea, Marine Pool, l’ENVSN, la FFH, la FFV. Enfin, une spéciale dédicace à notre cher entraîneur Fabrice Levet! Plus qu’un container à charger et en route pour l’aéroport.

Au pied du podium…

Par

Dernier jour de course de la Miami OCR millésime 2012. Nous sommes en rouge, troisièmes du général provisoire, derrière les Anglais et les Hollandais qui trustent la première marche. Les champions du monde en titre, les Norvégiens, nous talonnent d’un point. Ces deux dernières courses seront décisives pour le podium de l’épreuve. Durant notre échauffement, une heure avant le départ, nous croisons Damien en tête de la dernière course en 2.4 et nous comprenons qu’il vole vers la victoire de l’épreuve. Le vent est au rendez-vous et souffle entre 12 et 15 noeuds. Quelques minutes avant le départ il monte d’un cran et oscille autour des 18noeuds. Le comité de course nous envoie sur un parcours plus long d’un tour. Dès le départ l’équipage hollandais mène la danse avec une aisance en vitesse insolente. A la bouée au vent, nous sommes 4e derrière le trio hollandais, anglais, norvégien. Tout reste à faire. Nous conservons notre position et au deuxième bord de potant, notre hale-bas cède. La bôme monte outrageusement et notre grand voile risque de se déchirer. Nous faisons une réparation de fortune qui cède à la fin du bord. Nous réparons à nouveau dans le bord de près avec succès mais il est trop tard. Nous finissons la course tant bien que mal et nous coupons la ligne 9e. Nos adversaires directs prennent le large et nos chances de médailles avec. Nous prenons un sérieux coup au moral. Perdre sur un problème technique… c’est dur à encaisser. Les Hollandais remporte la course, la troisième victoire de suite, suivis des Norvégiens et des Anglais. Durant la deuxième course, l’Américain Fisher fait un coup d’éclat et remporte la course suivi du podium de l’épreuve: les team Delta Lloyd des Hollandais, l’équipage anglais de John Robertson et le bateau norvégien. Nous prenons la 6e place, ce qui nous classe 4e de l’épreuve. L’Américain Paul Callahan et ses équipiers sont accueillis en héros du jour à l’arrivée, c’est eux qui vous représenter les USA aux Jeux.
Le rideau tombe sur cette édition 2012 de la Miami OCR sur un enchaînement de contre performances qui nous mettent au pied du podium. La déception se lit sur nos visages. Deux courses durant lesquelles nous avons semé nos points en or d’avance sur le plan d’eau, et les deux suivantes courses pour nous faire perdre toute chance de podium. Certes nous sommes déçus mais loin d’être abattus. Un mois que nous sommes aux USA, nous ramenons en France un titre de vice-champions du Monde et une quatrième place au goût amer de Miami.

Changement de leader sur la Miami OCR

Par

Le plan d’eau est magnifique en cette avant dernière journée de championnat. Pour tous ceux qui aiment naviguer, soleil, vent entre 10 et 13noeuds une eau claire et nous sommes en short tee-shirt, des conditions de rêve. Nous sommes sur notre zone de course et les 2.4 finissent leur journée de régate. Il est 13h quand notre départ est donné, nous sommes dans le rythme et rapides sur l’eau. Rapides, sûrement un peu trop à l’approche du bateau champion du monde norvégien. Ils réclament et gagneront leur passage au jury. Nous sommes disqualifiés sur cette course à laquelle nous finissions 3e. La manche est remportée par nos voisins de ponton, les Hollandais, seconds les Anglais et troisièmes les Norvégiens. La seconde course ne tourne pas à notre avantage, les Hollandais s’envolent pour leur deuxième victoire du jour. Après 50 minutes de course, aux arrières-postes nous sommes cinq bateaux dans la même logueur pour franchir la ligne, les Irlandais et les Anglais à notre gauche et les Norvégiens et l’Américain Rick Doeer  à notre droite. Derrière nous un bateau américain nous coupe du vent et donne l’avantage aux deux côtés, nous coupons la ligne 6e. Les Norvégiens sont seconds et l’Américain Rick troisième. Ce dernier portera réclamation contre nous mais sera débouté devant le jury. Heureusement pour nous, car avec deux manches de ‘disqualifiés’, le championnat était perdu.
Au bilan de cette journée, nous perdons notre place de leader pour la céder à nos sparing partners l’équipage hollandais barré par Udo Hessel qui à réalisé une journée parfaite. Les Anglais gagnent une place et sont seconds et nous pointons à la troisième place suivi par les Norvégiens.
Nous n’avons pas été à la hauteur aujourd’hui et nous avons cumulé les erreurs. Nous avons été loin de naviguer à notre niveau. Nous avions de la vitesse mais peu de lucidité dans les moments clefs de la régate. Certains parleront d’une journée catastrophique … je vous l’accorde, nous avons connu meilleure journée. Inutile de refaire le match, nous en avons tiré les leçons nécessaires et cela nous rendra plus fort demain pour continuer notre ruée vers l’or.
Demain dernier jour, deux courses à disputer pour reprendre 2 points aux Anglais, 4 aux Hollandais et laisser les champions du monde en titre dans notre sillage.

Mauvaise fin de journée mais toujours en tête

Par

Les conditions de vents sont plus soutenues que la veille, il oscille entre 10 et 15 noeuds et toujours de secteur Est. Nous allons courir deux manches et franchir la mi-championnat à la fin de la journée. L’objectif est simple, garder la tête de la course et creuser l’écart en points. Facile sur le papier mais sur l’eau, c’est un autre débat. La première course se déroule au mieux, nous sommes dans les bateaux de tête. A la fin du premier portant l’Américain Rick Doerr nous sort de la meilleur trajectoire et laisse le Norvégien prendre les rennes de la course avec une avance confortable. Nous coupons la ligne d’arrivée en seconde position suivi des Hollandais et de l’équipage anglais de John Robertson. La deuxième course du jour tourne très mal lorsque sur le premier bord de près Rick Doerr, encore lui, nous pousse à la faute sur une manoeuvre plus que douteuse. De l’intérieur, nous nous estimons en tort et nous réparons, deux tours sur nous-même, au moment où la flotte est très compacte. Nous sommes en queue de course. Pour la suite, nous n’arrivons pas à reprendre le dessus et le rythme de la course, nous enchaînons les maladresses  et nous terminons à une triste 8e place. La manche est remportée par le Canadien qui réalise la meilleure journée avec 5 points engrangés. Second, l’Américain Rick Doerr et troisièmes les Hollandais emmenés par Udo Hessel. Je vous écrivais hier que le plan d’eau était difficile et que la moindre erreur se payait cher mais aussi que les deux Américains en course pour la sélection étaient sous pression et prêts à tout pour gagner leur billet pour Londres. Cette dernière course en est la preuve.

Malgré cette contre-performance, l’objectif est rempli, nous restons en tête du championnat et notre concurrent direct l’Anglais Robertson est à 6 points. Paul Callahan passe troisième à égalité de points avec nos sparing partenaires les Hollandais, quatrièmes à 8 points. En embuscade en 5e et 6e position, Rick Doerr et le champion du Monde en titre le Norvégien. Nous avons utilisé notre joker aujourd’hui, il nous reste quatre courses pour tenir notre place.

Les résultats

Une Hyéroise

Par

Deuxième jour de course. Sur le ponton les Anglais sont sur le pied de guerre et un des équipiers est à l’eau pour caréner… Etonnant non?! Ils sont en rouge couleur des lycras portés sur l’eau pour identifier les troisièmes du classement général provisoire. Rouge, comme la couleur de la mustang décapotable louée par le team pour le séjour. Les Anglais sont aux petits oignons pour préparer les Jeux à domicile. Pratique pour mettre les voiles. Paul Callahan et ses équipiers sont en jaune, comme pour le Tour de France, le maillot des leaders. Nous sommes en bleu comme le ciel de Miami ce matin encore.
L’objectif du jour est clair, changer de couleur de maillot et prendre le jaune aux Américains. Paul Callahan joue beaucoup plus que la gagne sur cette épreuve, il joue son billet pour les Jeux de Londres. En effet, le cumul des places entre le Mondial de Port Charlotte et la Miami OCR fait office de sélection parmi les quatre équipages américains. Fisher et Foster semblent loin du niveau, par contre Paul Callahan et Rick Doerr sont à la lutte. Paul termine le mondial trois places devant Rick, ce dernier doit donc terminer minimum quatre places devant pour remporter la mise. Rick Doerr était favori sur le papier, sélectionné pour les Jeux de Pékin, Champion du Monde en 2007, 3e à la Miami OCR en 2010, 3e à la Semaine Olympique Française à Hyères en 2011. Paul Callahan a participé aux Jeux de Sydney en 2000 et n’a pas réalisé de podium en 2011. Bref tout ça pour vous dire qu’il y a un match dans le match et surtout que dans ces moments forts de la saison, ces deux équipages vont se transcender.
Le départ de la première course du jour est donné dans un vent plus faible que la veille, entre 8 et 10 noeuds mais tout aussi capricieux en direction. Nous sommes en tête et les Norvégiens nous talonnent. Le dernier bord de près tourne à notre avantage et nous creusons l’écart. Première manche gagnée. Les Norvégiens terminent seconds et les Anglais en rouge troisièmes. Callahan termine 5 et Doerr 7. La seconde course sera à l’image de la première, un plan d’eau très sollicitant tactiquement et techniquement. Bruno est clairvoyant, l’équipage est en harmonie et nous menons Rosa vers la deuxième victoire du jour. Callahan second, troisième nos amis les Hollandais et quatre Rick Doerr. Au classement provisoire nous sommes en tête, Callahan second et les Anglais conservent le maillot rouge devant les Hollandais. Objectif du jour atteint. Nous sommes très satisfaits de notre prestation. Sur un plan d’eau difficile, nous avons gardé la tête froide et nous avons navigué en harmonie avec les éléments et notre machine. Sur le retour au port, Nicolas trouve l’expression du jour: ‘Nous avons réalisé une Hyéroise!’. Référence à la Semaine Olympique Française de Hyères 2011, où nous avons gagné 7 courses sur 11 et remporté l’or. La seule épreuve où nous avons gagné plusieurs manches à suivre. Il faudra désormais y ajouter la Miami OCR 2012! Le championnat ne fait que débuter, il nous reste encore six courses à courir. Il ne tient qu’à nous de garder le jaune jusqu’à la fin de la semaine.
N’hésitez pas à suivre les courses en direct tous les jours à partir de 16h30 (heure française)

Rolex Miami OCR 2012: C’est dans la boîte

Par

Il est 8h30 et dans deux heures nous prendrons le départ de la première course de la Miami OCR millésime 2012. Il est l’heure pour moi de caréner le bateau. Pour les novices, l’opération consiste à enfiler une combinaison, à s’immerger dans l’eau et muni d’une éponge de nettoyer énergiquement le dessous du bateau et surtout àveiller à ce qu’aucune impureté ne vienne perturber la glisse de notre machine. Chaque matin de début de course, c’est mon premier job d’équipier. Etant la seule nation à réaliser cette opération dans l’eau, et je pense envieux du résultat obtenu, les blagues vont bon train sur le ponton. Ce matin le coach norvégien me demande si je prépare les Jeux en natation ou en voile… je pense que l’on doit vraiment rire en Norvège, surtout au coin du feu 11 mois et demi sur douze!!!
Le bain matinal terminé, nous quittons le ponton pour rejoindre notre zone de course. Le vent souffle déja entre 10 et 12 noeuds et les prévisions nous annonce 15 noeuds en fin de matinée. Le spot est magnifique. Soleil, vent et tout autour de notre zone de course, nous voyons les autres séries rejoindre les leurs. A notre gauche, les 49ers, à droite les Laser, les 470 et encore plus à droite les Stars et à notre vent le Match Race. Il y a du monde sur l’eau mais peu de Français. Suite au mondial de Perth en Australie mi décembre, le FFV n’a pas engagé ses coureurs sur la Miami OCR. La nation est représentée en Star (Xavier Rohart et Pierre-Alexis Ponsot), Match Race (l’équipage de Claire Leroy et celui de Julie Bossard) et une compétitrice en Laser radial (Pernelle Michon) et enfin en 2.4 (Damien Seguin).
Le premier départ est donné à l’heure. Nous partons bien et nous sommes dans le rythme. Le vent oscille aussi bien en force qu’en direction. Les bords s’enchaînent et notre équipage est serein et synchrone. Nous sommes dans les bateaux de tête et sur le dernier bord de portant, nous coiffons l’américain Paul Callahan de quelques mètres sur la ligne d’arrivée et remportons la manche. Cette course a été très disputée et nous sommes restés sereins sans nous démobiliser. Nos partenaires d’entraînement, les Hollandais, sont troisièmes suivis des Anglais. Le départ de la seconde course est nettement moins bon et c’est en fin de course que nous remontons à la 5e place. La manche est remportée par l’ Américain Rick Doerr suivi du team anglais et d’un autre Américain, Paul Callahan.
Je vous ai dit précédemment que nous avons gagné la première. C’est notre avis, celui de Fabrice notre coach, celui de la vidéo de Fabrice mais pas celui du Comité de Course qui nous classe seconds. La fin de journée sera longue d’attente et à 18h30 grâce aux talents de caméraman de Fabrice, le comité de course a reconnu son erreur de jugement devant le jury et ce dernier nous reclasse vainqueur de la manche.
Paul Callahan est en tête du classement général provisoire, nous sommes seconds à un point, l’équipage anglais de John Robertson est troisième à égalité de point . Rick Doerr et les Néerlandais sont à l’affût aux 4e et 5e places. La mauvaise opération du jour est pour le Norvégien, fraîchement champion du Monde, qui entre deux courses de 7e et est actuellement 8e du classement.
Les conditions de vent sont difficiles et peuvent jouer des tours à chaque équipage. Les prévisions attendues pour demain sont similaires, il faudra rester vigilant pour les courses à venir.

Entre-deux

Par

Nous avons quitté la côte ouest de Floride et acheminé notre matériel via Gator Avenue pour arriver à Miami. Une route rectiligne traversant la mangrove floridienne où bon nombres d’alligators se doraient au soleil le long des berges. ’ Welcome to Miami’ et plus précisement à Key Biscane où le club de Shake a Leg accueille la flotte des Sonars pour courir la première épreuve de la coupe du monde ISAF. Après avoir réalisé quelques améliorations de l’ergonomie de notre plan de pont, nous nous sommes entraînés avec l’équipage néelandais de Hudo Hessel. La journée s’est terminée sur l’eau en compagnie des staristes français fraîchement sélectionnés pour les Jeux de Londres, Xavier Rohart et Pierre-Alexis Ponsot. Xavier a céder la barre de son star à Bruno le temps de quelques bords.
Onze Sonars sont en lice. A l’exception des Australiens et des Allemands, tous nos adversaires du Mondial ont fait le déplacement, auxquels vient s’ajouter un équipage suédois. La première course est prévue demain lundi, à 10h30, et nous somme prêts à entamer les cinq jours de courses de la Rolex Miami OCR 2012.

Mondial IFDS 2012: Carton plein pour l’équipe de France

Par

 

Dans la série solitaire en 2.4, Damien Seguin remporte haut la main son troisième titre mondial à 17 points du second. La France réalise ainsi la meilleur moisson de médailles sur l’épreuve devant les Anglais. Des résultats qui sont de bonne augure à sept mois des Jeux. Pour l’instant l’heure est à la transhumance. Dans une semaine, commence la Rolex Miami OCR, première épreuve de la Coupe du Monde 2012. Nous devons acheminer notre matériel sur la côte Est de la Floride pour commencer à nous entraîner sur le plan d’eau de Key Biscane. Dix heures de route sont nécessaires pour acheminer une remorque et nous en avons trois à acheminer. Je vous laisse faire le calcul. Nous avons mis nos cirés au placard et sorti nos tenues de routier. Le premier voyage a été effectué aujourd’hui et Rosa, notre Sonar,  est arrivée à bon port.

IFDS 2012: Vice-champions du monde

Par

La tension est palpable sur le plan d’eau de Port Charlotte pour la dernière course du Championnat du Monde IFDS 2012. Les Norvégiens assurés du titre sont sur l’eau et semble déterminés pour démontrer à nouveau leur suprématie. Une seule et unique course pour départager les quatre équipages suivants et s’emparer définitivement du podium. Le départ est lancé par notre comité de course Hank Stuart à 10h30 précise. Le vent oscille en force entre 6 et 12 noeuds et en direction. Nous sommes dans les bateaux de tête et surtout devant les Anglais de Robertson et les Néerlandais. Seul bémol, l’Australien est devant et donc potentiellement sur le podium à notre place. Nous continuons notre course et nous rattrapons notre retard pour finir 4e juste derrière l’ Australien Collin qui restera derrière nous au général. Nous nous retournons pour voir l’arrivée des Hollandais et des Anglais. Ils terminent respectivement 7e et …. 10e. Nous sommes en argent, vice-champions du monde. Le meilleur scénario possible pour la journée. Les Anglais prennent le bronze à un point des Australiens qui ont fait une remarquable fin de championnat. Nous sommes satisfaits de notre journée et du résultat final de ce Mondial. Le premier podium du Sonar français sur un mondial et le premier podium de l’année pour Rosa. Un grand merci à nos partenaires et pour vos encouragements.

Les résultats

Fin de championnat sous haute tension

Par

Ce matin sur les pontons du Port Charlotte Habor, les concurrents sont chaudement vêtus, seulement une dizaine de degrés au thermomètre, pour courir les deux manches prévues au programme de la journée. Le vent est présent sur notre zone de course et le plan d’eau semble plus lisible que la veille. Le départ de la première course est donné et nous passons la première bouée en tête. Nous augmentons notre avance sur le portant. Le deuxième près donne l’avantage aux Norvégiens, encore eux, et aux Canadiens qui bénéficient d’une grosse bascule de vent. A l’entame du dernier bord de portant, nous sommes troisièmes. Nous dépassons les Canadiens avant la ligne d’arrivée et les Norvégiens remportent la course. La troisième course gagnée à suivre pour Alexander vang Hansen qui est en pleine réussite et en totale confiance. Nos adversaires directs, les Hollandais et les Anglais finissent respectivement 4e et 7 e.

A ce moment de l’épreuve au classement général, les Anglais sont 2, les Hollandais 3 à  égalité de points et nous 4e à 1 petit point du podium. Le vent molli légèrement et la seconde course est lancée. Le Norvégien commet une faute sur nous au départ et répare. Nous sommes devant les Anglais et les Néerlandais avant le dernier bord de près qui nous mène à l’arrivée. Encore un fois, le vent ne tourne pas en notre faveur et les Anglais nous coiffent sur la ligne. A l’issue de cette journée éprouvante pour nos nerfs, le Norvégien est certain d’être champion du monde. Les Anglais sont seconds, nous troisièmes et les Néerlandais quatrièmes. Les Anglais sont devant à trois points et les Hollandais sont à égalité de points. Les Australiens, l’Américain Paul Callahan et les Irlandais sont en embuscade à quelques points derrière. Il ne reste qu’une seule course demain pour définir qui de ces nations seront les dauphins des Norvégiens.

Vidéos et photos du Mondial