Skip to Content

Monthly Archives: septembre 2012

Crucifiés faute de vent

Par

Il est 9h et nous sommes à la Sailing Academy pour notre dernier jour de course. Une seule et dernière manche à courir. Une seule manche pour tenter de monter sur le podium. Finir devant les Norvégiens pour le bronze et mettre un concurrent entre nous et les Allemands pour l’argent. Tout est possible mais sans vent pas de course.

Il faut que notre départ soit lancé avant 15h, heure limite de départ fixée l’organisation. Les prévis météo sont pessimistes. Celle des Allemands et Norvégiens n’annoncent pas de vent et les nôtres quelques noeuds… étonnant non?! L’attente commence. Nous scrutons le ciel, ses nuages, les éoliennes, les drapeaux des nations, le plan d’eau à chaque instant pour y voir un signe de vent. Mais rien, pas d’air.

Sur le plan d’eau, trois bateaux aux couleurs françaises sont chargés de supporters. Parmis eux Kévin Quentin, coureur en 2.4, Jonathan Lobert, médaillé de bronze en Finn sur ce même plan d’eau en août 2012, Jean Pierre Champion, le président de la FFVoile et Philippe Gouard, le DTN de la FFVoile. Nous avons à coeur de naviguer et de créer l’exploit. Les heures passent et plus ça va, moins ça va et plus la montée sur le podium ressemble à un Everest. A14h15, le comité de course sonne la fin des Jeux. C’est le coup de massue. Nous sommes 4e des Jeux.

A l’heure ou je vous écris, cela fait plus de 5h que les Hollandais en Or, les Allemands en Argent et les Norvégiens de Bronze ont reçu leurs médailles et moi je ne réalise toujours pas que l’épreuve est terminée et que nous ne serons pas sur le podium des Jeux Paralympiques de Londres 2012. J’imagine le bonheur que cela doit être d’être sur un podium paralympique et je vis la déception d’être quatrième à égalité de points avec les médaillés de bronze. Après six jours, dix manches, environ douze heures de courses.

Nos sacs sont prêts pour partir à Londres demain matin et soutenir les Bleus encore en compétition et notamment l’équipe de France de Cécifoot (football pratiqué par des non-voyants) en finale contre le Brésil. Je vous remercie tous au nom de l’équipage pour votre soutien, Voiles et Voiliers de nous avoir offert une magnifique lisibilité pour notre aventure et nos partenaires financiers (que nous ne pouvons pas citer pendant la période des Jeux!!) pour leur aide.

 

Les Hollandais en or et les Français au pied du podium…

Par

Mercredi 5 septembre 2012, cinquième jour de course des Paralympiades de Londres 2012. Le comité de course est matinal et nous convoque sur l’eau pour un premier départ à 10h. Le programme est de trois courses aujourd’hui pour rattraper le retard pris hier dans le programme à cause du manque de vent. Le vent souffle à près de 18 noeuds ce matin de secteur nord est. Le ciel est bleu et les températures sont fraîches sur les pontons.Nous savons que cette journée sera déterminante. Nous devons à tous prix revenir sur nos adversaires pour prétendre à un podium. Nous sommes cinq nations pour deux places.

Notre première course est difficile. Nous terminons 10e. Elles est remportée par l’équipage norvégien de Wang Hansen Alexander, suivi des Hollandais et des Australiens. Les deux courses suivantes sont de meilleur qualité. Nous prenons des bons départs et nous sommes dans le rythme. Les Hollandais sont assurés de  l’or Paralympique avant la dernière course. Les Allemands conservent la seconde place du provisoire et nous sommes 4e à égalité de points avec les Norvégiens.

Les Anglais était troisièmes avant de prendre une pénalité de 4 points par le jury. Nous sommes ce soir à une manche de la fin de l’épreuve, à 2 points de l’argent et un seul du bronze mais pour l’instant 4e. Pour réaliser le hold-up il faut: courir une manche avant 15h alors que la météo annonce très peu de vent et finir à tout pris devant les Norvégiens et mettre au moins un concurrent entre nous et les Allemands.

Un tour de force à notre portée, dès demain à partir de 12h (heure française).

Suivez sur Facebook

Suivez sur Twitter

Les résultats (non mis à jour après la pénalité des Anglais)

Merci vous êtes en OR!!

Par

Je vous adresse ce petit billet au nom de notre équipage, à vous qui suivez et commentez notre blog, aux 130 followers de la page Facebook “Objectif Londres 2012- Equipe de France Sonar” et autres Twitters. Vous qui partagez notre aventure depuis trois ans ou depuis ce matin, vous qui partagez nos victoires et nos passages difficiles, vous qui trouvez les mots justes pour nous remonter le moral. Famille, amis, connaissances ou simplement lecteur nous tenons à vous dire un grand MERCI…VOUS ETES EN OR!!!! Et sachez que si vous pouvez suivre et vivre notre aventure en live c’est grâce à une seule et unique personne qui travaille sans relâche dans l’ombre. Un immense bravo et merci à Célia Mas Delfault notre chargée de communication.

Journée noire…

Par

Comme la veille, le vent fait défaut en ce matin gris sur Weymouth. Nous patientons jusqu’à 11h avant de quitter le ponton. Le vent est très perturbé en force et direction. Le comité fait une première tentative de départ qu’il avorte au bout de 25 minutes de course le vent ayant tourné de 90 degrés. Nous patientons encore et enfin les conditions météorologiques se stabilisent. Le départ de la 7e course des Jeux Paralympiques de Londres est donné dans un vent oscillant entre 7 et 10 noeuds. Après un départ moyen, nous arrivons dans le paquet à la première bouée où nous ne sortons pas vainqueur. Nous sommes en fin de flotte. Nous n’arrivons pas à reprendre le dessus sur nos adversaires. L’équipage allemand mène la course devant les Irlandais et les Hollandais.

Le classement de la tête de course reste inchangé et nous terminons à une triste 10e place. Ce sera la seule manche courue aujourd’hui.

Au classement général, l’équipage hollandais truste la première place avec 11 points d’avance sur les Allemands qui prennent la seconde position. Troisièmes les Américains, quatrièmes les Australiens et nous prenons la cinquième place. Nous perdons trois places en une heure de course. Dur. A quatre manches et deux jours de la fin de l’épreuve, nous sommes à trois points du podium et à 18 points de l’or. Il va falloir être solides si nous voulons briller et naviguer à la perfection. Tout va se jouer demain.

Les résultats

Deuxième des Paralympics à mi-championnat

Par

Troisième jour de course des Jeux Paralympiques de Londres 2012: le comité de course nous a convoqué pour 11h sur l’eau. Dès 9h, il nous met sous retard et nous retient à terre faute de vent. L’attente va durée jusqu’à 13h pour voir enfin le plan d’eau de Weymouth se remplir de quelques noeuds de vent. Nous avons à coeur de revenir dans le match après la disqual de la veille. Nous savons qu’à l’issue de la journée, nous allons enlever la disqual de notre classement et franchir le cap de la mi-championnat.

Le premier départ est lancé dans un vent de 4 à 6 noeuds. Nous prenons un départ canon mais notre vitesse n’est pas bonne. Au fil de la course, nous perdons du terrain sur les leaders. Nous modifions nos réglages, pourtant éprouvés, mais rien n’y fait notre bateau est collé à la piste et nous perdons des places. En fin du premier bord de près, les Norvégiens nous refuse un tribord et tardent à réparer, nous réclamons contre eux. Le fil de la course est un calvaire de granit breton ( et je vous garantis que c’est vraiment lourd un calvaire de granit breton…) à porter sur les deux derniers tours et nous sombrons dans le fond de classement. Nous arrivons…11e. Incompréhensible, consternant. Les Hollandais en profitent pour gagner la course suivis de l’équipage de Paul Callahan et les Grecs complètent le podium de la manche.

Nous rejoignons la zone des coachs et Fabrice voit une algue dans notre safran…. Le problème est-il là ou ailleurs? Le doute plane au dessus de nos têtes.

Deuxième course. Bruno orchestre un départ canon et le doute est vite levé: c’est beaucoup mieux sans les algues!! Nous avons retrouvé notre aisance en vitesse et passons second à la marque au vent derrière les Norvégiens et devant les Hollandais. Nous resterons à cette place jusqu’à l’arrivée après 1h05 de course. Les Norvégiens gagnent la course, nous second et les Hollandais ont conservé leur troisième place.

L’équipage d’Udo Hessel réalise encore la meilleur journée et augmente son avance en tête du classement général provisoire. Le jury disqualifie les Norvégiens à la première course, et nous prenons la seconde place du classement. Les Australiens, Allemands et Américains sont à égalité avec 2 points de plus. A 4 points les Norvégiens et les Anglais à 5. Autant dire que nous avons cinq bateaux à nos trousses pour la seconde place!! Mais nous sommes devant à 11 points de la première place. Il nous reste maximum cinq manches à courir en trois jours. Nos nerfs sont solides et promis… Plus d’algues dans le safran! Demain, les conditions s’annoncent similaires, nous sommes déterminés comme jamais!!!

Le meilleur comme le pire

Par

Deuxième jour de course des Jeux Paralympiques de Londres 2012, les conditions sont typiquement britanniques sur le plan d’eau de Weymouth: crachin, ciel gris et vent de 8-12 noeuds.Deux courses au programme. Le premier départ du jour est donné à 14h et nous sommes dans le trio de tête à la première bouée. Les Australiens et les Hollandais mènent la danse et  nous sommes dans leur sillage. A la fin du deuxième tour, nous prenons la tête de la course et nous la conservons jusqu’à l’arrivée. Première course gagnée. Nous avons fait une manche de grande qualité technique et tactique.

La seconde course est loin d’être à l’image de la seconde. Avant le dernier tour, nous sommes dans les cinq premiers, le dernier près nous est fatal et nous passons 9e avant le dernier portant. Nous remontons trois places et à 20m de l’arrivée, le bateau grec réclame contre nous. Nous pensons être dans notre plein droit ce qui ne sera pas l’avis du jury. La sanction tombe: disqualifiés. Bref, nous avons grillé notre joker.

Nous sommes certes touchés mais pas abattus. Les Australiens ont connu la même mésaventure à la manche précédente. Les Hollandais réalisent la meilleure journée et prennent la tête du général provisoire. Demain les conditions de vent seront très molles, à nous de faire parler la poudre!!

Les résultats

D-Day

Par

1er septembre 2012, première journée de course. Après un briefing météo de David Lanier, expert météo venu rejoindre l’équipe pour la semaine, nous faisons route vers la Sailing Academy. Le parking nous semble désert et seule la flamme paralympique met un peu de chaleur sur le site. Les quatorze équipages Sonar en lice pour l’or se préparent à quitter le ponton. Le vent ouest-sud-ouest oscille entre 8 et 12 noeuds.

Le départ de la première course est prévu à 14h. Notre comité de course est ponctuel et nous prenons notre premier départ paralympique. Un bon départ qui nous met aux avant-postes de la course qui compte trois tours d’un parcours banane avec une porte sous le vent. L’Américain Paul Callahan passe en tête la première bouée suivi des Australiens et nous enroulons troisièmes. L’Américain est rattrapé par les Australiens puis nous le dépassons avant d’entamer le deuxième tour. Nous sommes à la poursuite de l’équipage de Colin Harrison (AUS) pour lui prendre la première place. Nos deux bateaux creusent l’écart avec le reste de la flotte. Nous revenons à trois longueurs avant d’entamer le dernier tour. Ils résistent à nos assauts et nous restons seconds à l’arrivée après 1h15 de course. Les Américains terminent troisièmes suivis de l’équipage anglais de John Robertson.

Nous sommes dans le match et nous sommes contents de notre entame de championnat. Le second départ est donné dans un vent un peu plus mou. Rappel individuel, les Australiens réparent. L’équipage allemand, très bien parti, enroule en tête suivi des Hollandais et des Australiens qui sont vite revenus dans le match. Nous arrivons dans le paquet mais avec une légère avance qui nous permet d’enrouler 4e in extremis au nez de nos adversaires. C’était vraiment très chaud!!. Les Norvégiens sont à nos trousses et les Allemands prennent vite le large avec les Hollandais. Au dernier bord, nous sommes toujours 4e. Les Norvégiens prennent l’avantage dans les derniers mètres et nous prennent la quatrième position. Nous coupons la ligne d’arrivée de la dernière manche du jour 5e. L’équipage allemand de Jens Kroker, champion paralympique en titre, remporte la manche suivi des Hollandais et des Australiens qui réalisent la meilleure journée et prennent la tête du classement général provisoire de l’épreuve. Nous sommes troisièmes à égalité de points avec l’équipage allemand.

Etonnant qu’après deux courses en 2012, nous retrouvons les trois même nations que sur le podium de Pékin en 2008!!! N’y voyez pas là un cri de victoire ou même un signe quelconque mais juste une anecdote.

Nous sommes satisfaits de notre première journée. Il est toujours difficile d’entamer un évènement de cette importance même en étant dans le liste des favoris. Pour preuve, plusieurs équipages de talent ont réalisé une journée en demi-teinte. Nous allons très vite, ce qui nous a sorti de situations difficiles, nos manoeuvres sont performantes et notre morale est bon…. Juste un bémol, notre coach Fabrice Levet est contraint, comme tous les autres coachs, à rester à 100m sous le vent de la ligne de départ et ce pendant toute la course. Difficile de nous suivre même aux jumelles.

Le combat est lancé et tout reste à faire.

Les résultats

Le compte Twitter de l’IFDS (Fédération Internationale Handivoile) pour suivre les courses direct