Troisième jour de course des Jeux Paralympiques de Londres 2012: le comité de course nous a convoqué pour 11h sur l’eau. Dès 9h, il nous met sous retard et nous retient à terre faute de vent. L’attente va durée jusqu’à 13h pour voir enfin le plan d’eau de Weymouth se remplir de quelques noeuds de vent. Nous avons à coeur de revenir dans le match après la disqual de la veille. Nous savons qu’à l’issue de la journée, nous allons enlever la disqual de notre classement et franchir le cap de la mi-championnat.

Le premier départ est lancé dans un vent de 4 à 6 noeuds. Nous prenons un départ canon mais notre vitesse n’est pas bonne. Au fil de la course, nous perdons du terrain sur les leaders. Nous modifions nos réglages, pourtant éprouvés, mais rien n’y fait notre bateau est collé à la piste et nous perdons des places. En fin du premier bord de près, les Norvégiens nous refuse un tribord et tardent à réparer, nous réclamons contre eux. Le fil de la course est un calvaire de granit breton ( et je vous garantis que c’est vraiment lourd un calvaire de granit breton…) à porter sur les deux derniers tours et nous sombrons dans le fond de classement. Nous arrivons…11e. Incompréhensible, consternant. Les Hollandais en profitent pour gagner la course suivis de l’équipage de Paul Callahan et les Grecs complètent le podium de la manche.

Nous rejoignons la zone des coachs et Fabrice voit une algue dans notre safran…. Le problème est-il là ou ailleurs? Le doute plane au dessus de nos têtes.

Deuxième course. Bruno orchestre un départ canon et le doute est vite levé: c’est beaucoup mieux sans les algues!! Nous avons retrouvé notre aisance en vitesse et passons second à la marque au vent derrière les Norvégiens et devant les Hollandais. Nous resterons à cette place jusqu’à l’arrivée après 1h05 de course. Les Norvégiens gagnent la course, nous second et les Hollandais ont conservé leur troisième place.

L’équipage d’Udo Hessel réalise encore la meilleur journée et augmente son avance en tête du classement général provisoire. Le jury disqualifie les Norvégiens à la première course, et nous prenons la seconde place du classement. Les Australiens, Allemands et Américains sont à égalité avec 2 points de plus. A 4 points les Norvégiens et les Anglais à 5. Autant dire que nous avons cinq bateaux à nos trousses pour la seconde place!! Mais nous sommes devant à 11 points de la première place. Il nous reste maximum cinq manches à courir en trois jours. Nos nerfs sont solides et promis… Plus d’algues dans le safran! Demain, les conditions s’annoncent similaires, nous sommes déterminés comme jamais!!!