Skip to Content

Monthly Archives: janvier 2014

En tête de la Sailing World Cup de Miami la veille du dernier jour…

Par

Trois courses au programme de notre quatrième jour de course. Le vent souffle entre 8 et 12 noeuds et est extrêmement instable. Les passages de grains et la situation générale orageuse risquent de mettre nos nerfs à rude épreuve.

Equipe de France Sonar - SWC Miami2014 - Droit: US Sailing Media Center

Nous restons 6h sur l’eau pour courir finalement deux manches. Une journée pas très physique mais épuisante mentalement. Le comité de course change plusieurs fois de place et les mouilleurs se font les bras. A ce petit jeu, nous ne sommes pas les meilleurs de la journée. Nous faisons seconds à la première course et quatrièmes à la seconde. Le team anglais de John Robertson fait un sans faute en remportant les deux courses du jour. Notre scoring du jour nous permet de prendre la tête du classement à deux points des Anglais et du Sonar américain barré par Rick Doerr et à trois points du troisième, les Canadiens.

Trois courses sont au programme demain, dernier jour de course, et nous comptons bien décrocher notre première victoire de la saison.

Equipe de France Sonar sur Facebook

Equipe de France Sonar sur Twitter

Equipe de France Sonar sur YouTube

Déluge sur la Sailing World Cup de Miami…

Par

Au lever ce matin, la situation météo est radicalement différente, il tombe des cordes. Une seule constante, le manque de vent. A notre arrivée au port de Shake a Leg, l’aperçu est déjà de mise sur notre mât officiel.

En début d’après-midi, toutes les séries sont appelées à rejoindre leur zone de course. La pluie est toujours présente mais le peu de vent reste très instable en force et direction. Après une petite heure d’attente, toutes les séries sont renvoyées à terre. Et pour cause, un grain de pluie envahit le plan d’eau de Biscayne Bay qui rend la visibilité quasi nulle. De retour au port , notre comité de course annule les courses pour aujourd’hui.

Demain jeudi, si le vent est de la partie, nous avons trois courses au programme à partir de 13h, heure locale. Nous sommes seconds à 1 point de la première place détenue par l’américain Rick Doerr, que nous sommes déterminés à lui reprendre dès demain.

Wait and… sea breeze

Par

Deux courses sont au programme en ce deuxième jour de course de la SWC de Miami. Les prévisions météo sont loin d’être ventées et c’est sous un soleil mordant que nous arrivons au ponton de Shake a Leg. Le temps de plonger pour caréner notre bateau que l’aperçu est en tête de notre mât de pavillon. Les huit Sonars restent au port et comme la veille, il faut savoir tuer le temps en restant mobilisés sur l’épreuve. Attendre que le vent monte.  Les Anglais profitent de leur kiné, les Canadiens et les Norvégiens discutent à l’ombre, et nous nous profitons du soleil et de l’animation autour des bateaux qui rentrent de la pêche au gros sur la terrasse du Monty’s, lieu de détente connu de tous ici.

Après 5h 30 d’attente, la brise thermique (the sea breeze) s’installe sur le plan d’eau de Biscayne Bay. Le vent oscille entre 5 et 7 noeuds et est plus uniforme sur le plan d’eau que la veille. Le comité de course réduit le programme du jour à une course. Il faut vite être dans le match et pas de moyen de se refaire sur la journée. L’ambiance est sereine à bord et notre équipage concentré.

15h30, le départ de la troisième course du championnat est donné. Nos deux adversaires direct, l’équipage américain de Rick Doerr et les Irlandais volent le départ et sont contraints de recouper la ligne. Nous partons côté bouée de la ligne de départ et nous progressons sur la gauche du parcours. Nous sommes en deuxième position à la première bouée juste derrière les Canadiens. Nos deux bateaux ont creusé le trou avec le reste de la flotte et un bras de fer s’engage entre nos deux nations. Sur le bord de portant, nous prenons la tête de la course et nous enroulons la bouée sous le vent avec une longueur d’avance sur eux. Ils tombent dans notre sillage et ils sont obligés de virer de bord. Au croisement suivant, ils sont revenus sur nous et nous restons en tête d’une demi longueur. Au virement de bord suivant, ça ne passe plus devant eux et nous virons dessous. A l’approche de la bouée, nous manoeuvrons un peu tardivement et ils prennent l’avantage à la marque qu’ils enroulent en tête et nous seconds. Sur le bord qui nous mène à la ligne d’arrivée nous empannons en premier et nous prenons à nouveau l’avantage. Nous conserverons notre avance jusqu’au bout. Première course gagnée de la saison. L’équipage canadien de Paul Tingley est second et l’équipage anglais de John Robertson complète le trio de tête. L’américain Rick Doerr, actuel leader, finit à la 5e place.

A l’issue de la journée nous grimpons d’une place au classement général provisoire et pointons à la seconde place derrière Rick Doerr qui conserve la tête et devant les Canadiens 3e.

Nous sommes satisfaits de cette longue journée d’attente qui se solde par une course très disputée et une première victoire de manche. Les prévisions de demain sont à nouveau très faibles en vent alors… wait and see!!

Petits airs sur Biscayne Bay….

Par

Le comité de course du rond Bravo a fixé rendez vous à la flotte des 8 sonars engagés sur l’épreuve à 11h pour le départ de la première course de la Sailing World Cup de Miami. Nous arrivons à 9h sur les pontons de Shake a Leg pour préparer notre bateau où règne un climat d’effervescence. Le soleil tape déjà fort et l’agitation laisse vite place à l’attente lorsque le comité de course envoie l’aperçu, synonyme de retard, faute de vent. Le plan d’eau de Biscayne bay n’a pas une seule ride…

Le prévisions météo nous annoncent une brise thermique entre 6 et 10 noeuds en début d’après midi. Nous tuons le temps jusqu’à 12h30 où le vent fait une timide apparition sur le plan d’eau, assez en tout cas pour décider notre comité de course à nous envoyer sur l’eau. Le vent s’établit entre 5 et 8 noeuds sur notre zone de course. Le compte à rebours de 5 minutes de notre course est donné.

Notre ligne de départ est courte et nous décidons de partir en bout de ligne. A 10 secondes du départ, les Canadiens et les Norvégiens semblent hauts sur la ligne et volent le départ. Ils réparent leur faute et partent en dernière position. Nous avons pris un bon départ mais la flotte reste compacte. Le pavillon de rappel individuel reste en l’air sur le bateau comité et personne ne répare, un ou plusieurs bateaux sont forcement disqualifiés…

Nous arrivons à la première bouée et nous manquons d’une petite longueur l’occasion de passer en tête. Nous pointons à la 4e place. L’Américain Rick Doerr prend les commandes de la flotte et tiendra sa position jusqu’à l’arrivée. Nous sommes remontés sur l’équipage irlandais et le second équipage américain pour finir à la seconde place de cette première course de la saison. Une course engagée et âprement disputée. Finalement, l’équipage partit trop tôt est le team anglais de John Robertson.

Les bord de portant sont longs et la chaleur se fait sentir. Le second départ est vite donné. Comme le précédent, nous partons côté bouée de la ligne mais cette fois-ci nous sommes les plus rapides au top départ. Nous prenons l’ascendant sur nos adversaires et c’est en tête que nous enroulons la première bouée. Nous contrôlons notre adversaire direct Paul Tingley, le barreur de l’équipage canadien, mais une hésitation sur la bouée à enrouler sous le vent nous fait reculer au classement. Au deuxième tour, nous sommes troisièmes et nous entamons le dernier bord à la lutte contre les Irlandais et les Canadiens. L’Américain Rick Doerr en embuscade profite de la situation pour enrouler la bouée avec plus de vitesse et passe de la 4e place à celle de leader à la moitié du bord. Les bateaux sont très proches et le classement de la manche change à chaque longueur parcourue. Dans les 200 derniers mètres Rick prend un net avantage et l’Irlandais profite d’un petit patch de vent un peu plus fort pour prendre la seconde place. Nous franchissons la ligne en troisième position.

L’Américain Rick Doerr a fait preuve de lucidité et de réussite sur son plan d’eau et s’adjuge les deux manches du jour et prend logiquement la tête du championnat. Nous rentrons au port avec 5 points à 3 points du leader, à la seconde place du général provisoire. Notre vitesse est bonne et nous avons effectué une bonne entrée en matière. Le championnat est long, il nous reste 8 courses, les prévisions météo de demain nous annoncent à nouveau des petits airs, à nous de rester concentrés et d’enchaîner les bonnes courses.

 

 

 

 

Dans les start pour le début de notre saison 2014 Miami-Floride-USA

Par

 Voilà maintenant une semaine que notre équipe a quitté l’hiver du vieux continent pour poser ses bagages en Floride à Miami. 550 marins représentants 50 nations répartis sur les 10 séries olympiques et les 3 séries paralympiques sont venus pour briller sur le plan d’eau de l’ISAF Sailing World Cup de Miami qui débute aujourd’hui lundi 27 janvier.

Dans notre série, huit bateaux ont fait le déplacement. Tout d’abord, les deux équipages américains barrés par Rick Doerr et Andrew Fisher qui jouent à domicile et qui connaissent leur plan d’eau sur le bout des doigts. Vient ensuite l’équipage norvégien skippé par Alexander Wang Hansen qui a remporté l’épreuve en 2013.v Enfin, les équipages anglais, irlandais et canadiens qui viennent s’entraîner sur place régulièrement. Un équipage des Iles Vierges inconnu au bataillon complète la liste des inscrits. Bref, que du beau monde et des équipages affûtés.

La semaine qui vient de passer nous a permis de nous entraîner chaque jour dans des conditions de vent variées en force et direction. Nous avons pu prendre en main notre bateau, que nous avons loué sur place pour l’occasion. A chaque sortie, nous avons adapté et amélioré notre machine pour qu’elle soit la plus performante possible. Chose faite, nous sommes prêts à entamer notre saison dans les meilleures conditions.

La participation à cette épreuve n’aurait pas pu se faire cette année sans le soutien financier des ‘Yeux Grands Fermés’- Futuroscope de Poitiers. Cette association nous aide cette année encore pour notre préparation aux Jeux de Rio 2016. Un grand merci pour leur confiance.

Après une année en Or, nous sommes prêts et impatients d’entamer notre saison sportive et de continuer sur notre lancée. Notre objectif est de qualifier la France aux Jeux de Rio et de conserver notre titre au mondial au Canada en août prochain.

Notre équipage vous souhaite, comme il est encore temps, à toutes et à tous une bonne année 2014 riche en navigation, en sensations et en bonheurs.

Equipe de France Sonar sur Facebook

Twitter: @TeamSonarFrance

Le Sonar français à la Sailing World Cup Miami 2014