Deux courses sont au programme en ce deuxième jour de course de la SWC de Miami. Les prévisions météo sont loin d’être ventées et c’est sous un soleil mordant que nous arrivons au ponton de Shake a Leg. Le temps de plonger pour caréner notre bateau que l’aperçu est en tête de notre mât de pavillon. Les huit Sonars restent au port et comme la veille, il faut savoir tuer le temps en restant mobilisés sur l’épreuve. Attendre que le vent monte.  Les Anglais profitent de leur kiné, les Canadiens et les Norvégiens discutent à l’ombre, et nous nous profitons du soleil et de l’animation autour des bateaux qui rentrent de la pêche au gros sur la terrasse du Monty’s, lieu de détente connu de tous ici.

Après 5h 30 d’attente, la brise thermique (the sea breeze) s’installe sur le plan d’eau de Biscayne Bay. Le vent oscille entre 5 et 7 noeuds et est plus uniforme sur le plan d’eau que la veille. Le comité de course réduit le programme du jour à une course. Il faut vite être dans le match et pas de moyen de se refaire sur la journée. L’ambiance est sereine à bord et notre équipage concentré.

15h30, le départ de la troisième course du championnat est donné. Nos deux adversaires direct, l’équipage américain de Rick Doerr et les Irlandais volent le départ et sont contraints de recouper la ligne. Nous partons côté bouée de la ligne de départ et nous progressons sur la gauche du parcours. Nous sommes en deuxième position à la première bouée juste derrière les Canadiens. Nos deux bateaux ont creusé le trou avec le reste de la flotte et un bras de fer s’engage entre nos deux nations. Sur le bord de portant, nous prenons la tête de la course et nous enroulons la bouée sous le vent avec une longueur d’avance sur eux. Ils tombent dans notre sillage et ils sont obligés de virer de bord. Au croisement suivant, ils sont revenus sur nous et nous restons en tête d’une demi longueur. Au virement de bord suivant, ça ne passe plus devant eux et nous virons dessous. A l’approche de la bouée, nous manoeuvrons un peu tardivement et ils prennent l’avantage à la marque qu’ils enroulent en tête et nous seconds. Sur le bord qui nous mène à la ligne d’arrivée nous empannons en premier et nous prenons à nouveau l’avantage. Nous conserverons notre avance jusqu’au bout. Première course gagnée de la saison. L’équipage canadien de Paul Tingley est second et l’équipage anglais de John Robertson complète le trio de tête. L’américain Rick Doerr, actuel leader, finit à la 5e place.

A l’issue de la journée nous grimpons d’une place au classement général provisoire et pointons à la seconde place derrière Rick Doerr qui conserve la tête et devant les Canadiens 3e.

Nous sommes satisfaits de cette longue journée d’attente qui se solde par une course très disputée et une première victoire de manche. Les prévisions de demain sont à nouveau très faibles en vent alors… wait and see!!